MARIE-AVRIL TOURÉ
Psychologue à Montpellier

Psychologue à Montpellier

Psychothérapie

Qu'est ce que le traumatisme

Dans notre vie, des peurs, des souffrances, des douleurs... nous reviennent quotidiennement. Il nous arrive de revivre en boucle des relations d'abandon ou une ritournelle d'échecs professionnels, des relations amoureuses qui se terminent toujours mal... sans en comprendre les causes. Face à ces événements, on se dit "malchanceux", "que le sort s'acharne sur nous"... ou alors nous nous questionnons sur les raisons de nos déboires.

La plupart du temps, nous n'avons même pas conscience de notre part de responsabilité inconsciente dans ces répétitions. En effet, involontairement, nous reconstituons des situations amoureuses, relationnelles, professionnelles... partiellement semblables à des faits passés qui nous ont écorché. 

Pourquoi répétons- nous nos douleurs?

Nous pouvons être soumis à une angoisse et/ou une souffrance dont l'origine et le sens nous dépassent consciemment. Tant que nous ne parvenons pas à saisir ce qui nous préoccupe, nous risquons d'angoisser à chaque fois que se présente une représentation qui évoque un événement passé qui nous a débordé psychiquement. Cela peut continuer toute la vie si nous ne parvenons pas à nous représenter le pourquoi de cette angoisse qui entraîne une impossibilité de penser et nous paralyse.

Nous sommes tous soumis à des moments de vie plus laborieux à vivre, à digérer et à dépasser. Ces événements externes (deuil, séparation, difficultés professionnelles...) sont vécus de façon différentes selon chacun. Ils peuvent nous submerger et dès lors désorganiser notre appareil psychique du fait d'une véritable inondation d'excitation interne. Cette désorganisation peut être plus ou moins importante et durable. Les effets pathogènes (c'est à dire les symptômes) sont le résultat de ce débordement au sein de notre psychisme qui est incapable de lier les excitations qui nous envahissent. Dès lors le traumatisme sera répété (sous des aspects divers) tant que cette excitation n’est pas intégrée, élaborée et digérée. Dans ce cas, un temps de sidération est normal car il peut aider à métaboliser, mais il faut effectuer un travail d'élaboration mentale et de liaison des événements, facilité par la psychothérapie, afin d'éviter un enkystement dans le cycle de la répétition.

Pour réguler à l’intérieur de nous ce débordement psychique, il faut trouver une voie de décharge qui se réalise en général par la parole. Mentaliser et historiciser le traumatisme, le symptôme, l'angoisse est un moyen de retrouver un équilibre psychique en digérant sa charge émotionnelle. La mise en acte et la somatisation sont des voies de décharges pathogènes car elles atteignent notre santé, notre équilibre psychique.

Le travail thérapeutique tente de repérer et élaborer nos répétitions pour s'en extraire ou mieux vivre avec.

Nous répétons inconsciemment le traumatisme pour tenter de maîtriser la situation qui ultérieurement nous a effracté et paralysé.

En effet lors du traumatisme, nous avons subi passivement une situation que nous étions inapte à gérer physiquement et/ou psychiquement à un moment donné. Pour tenter de le digérer, nous le répétons mais cette fois ci en étant l'acteur de la situation traumatique. Nous transformons notre passivité passée en une toute puissance qui nous permet un contrôle illusoire de cette situation insupportable.

La compulsion de répétition est une façon de tenter de rétablir une emprise par la mise en scène du trauma d’où les rêves répétitifs, des situations amoureuses similaires, des échecs professionnels continus... Nous pouvons réagir différemment à la répétition traumatique : soit nous la dénions et nous persévérons dans le cercle vicieux de nos maux, soit nous nous confrontons à nos difficultés avec l'aide d'un professionnel et nous acceptons notre part d'implication afin de sortir de cette aliénation mortifère.