MARIE-AVRIL TOURÉ
Psychologue à Montpellier

Le site www.psychologue-psychotherapeute-montpellier.com est temporairement désactivé...

Si vous êtes le propriétaire de ce site, merci de contacter rapidement l'hébergeur.

  • Hébergeur : Simplébo
  • Site : www.simplebo.fr
  • Téléphone : 01 84 17 49 76

Psychologue à Montpellier

Psychothérapie

L'attitude de repli

* Des périodes de blocage et d’inhibition :

En général, elle se traduit par une chute des notes scolaires ou des phobies scolaires... L’échec scolaire peut prendre un sens relatif : soit les sollicitations et exigences parentales l'oppressent. Soit cet échec est lié à dette de loyauté et sa culpabilité associée. L'enfant s'inscrit dans une incapacité à dépasser les niveaux sociaux professionnels de ses propres parents. Ou à l'inverse, dans une dimension narcissique il doit réparer l’échec parental. Quoi qu'il en soit cet échec le dévalorise et renforce ses sentiments dépressifs.

L'adolescent peut aussi être inhibé dans tout ce qui a trait à une activité érotisée. Pour éviter la tension sexuelle, il peut se replier dans le monde virtuel où les corps sont à distance. Ou au contraire, il étudie les arts, les femmes nues... où la dimension sexuelle est à distance suffisamment maîtrisable pour lui.

 

* Des émotions dépressives :

Du fait de la nécessité de faire le deuil de son enfance, le jeune présente des signes dépressifs plus ou moins importants et discrets. La plupart du temps, ils se cantonnent à des manifestations thymiques et caractérielles. Ils deviennent plus excessifs à l’occasion de séparations ( deuils, déceptions sentimentales...) et peuvent s'installer durablement. Le sujet ne peut ou/et ne veut investir la réalité extérieure : les autres, la vie quotidienne, l'avenir... Il est alors transporté dans une anhédonie où les choses et êtres sont dépourvus d'intérêts et absurdes. Tout projet d’avenir... est impensable.

 

* Le suicide comme repli ultime :

Chez les adolescents, après les accidents de voiture, le suicide est la seconde cause de mortalité. C’est un passage à l'acte auto et hétéro-agressif :

 • La violence est contre soi-même. Une agression interne ou/et externe n'a pas été assimilée alors le sujet la retourne contre lui-même.

 • Le suicide est un acte agressif envers autrui. Sa brutalité confronte l'entourage a un état de choc et d'incompréhension...