Psychologue à Montpellier

Psychothérapie

Dyade mère/endant ou Dyade père/enfant

Le nouveau-né est à la fois un être en devenir et un être dépendant d’autrui. Il nécessite l’appui d’adultes pour combler ses besoins fondamentaux. Il est dès lors pris dans un environnement qui aura un impact sur son développement physique et psychique.

De leur côté, les parents sont pris dans le processus de la parentalité c’est-à-dire le devenir « mère » et le devenir « père » dont le cheminement n’est pas toujours chose aisée. Le devenir parent ne va pas forcément de soi. Ce mouvement implique de renoncer à sa place d'enfant pour laisser l'enfant advenir et devenir l'enfant réel. Ce passage peut nécessiter une aide afin d’accompagner le parent dans ce processus.

Un nouvel être arrive dans notre vie quotidienne qui en devient désormais bouleversée. S’acquitter des tâches ménagères, du travail… et en plus remplir les fonctions parentales nécessaires au développement peut vite devenir déboussolant. Notre vie sociale et notre vie de couple sont déséquilibrées par l’intégration de ce sujet en devenir dont nous ne possédons pas les mêmes codes de communication et d’interaction. Parfois nous pouvons nous sentir démunis, envahis…devant cette nouvelle responsabilité où dans ce petit être règne paix et guerre.

Comment s’adapter à ce petit être ? Comment l’intégrer au mieux dans notre vie et instaurer de nouveaux repères sécurisants ? Comment l'enfant réagit aux réactions de sa mère/de son père ? Comment la mère/le père va inférer et interpréter les comportements de son enfants?

Les réponses environnementales vont jouer sur le développement psychique de l'enfant. L'interaction mère/nourrisson ou père/nourrisson n'est pas forcément chose naturelle et parfois s'installe une dysharmonie relationnelle impliquant une souffrance infantile ou/et parentale.

En effet, lorsqu'il y a désaccordage répété dans l'interaction (c’est-à-dire que l’enfant attend une réponse de ses parents qui eux ne comprennent pas les signaux émis. Ils peuvent alors se trouver désarçonnés dans leurs réactions), il peut s'enclencher une faille dans la construction identitaire. C'est tout un réglage très subtil de la proximité physique et psychique qui doit se mettre en place entre l’enfant et son parent pour aboutir à une relative autonomie de l'un et de l'autre. Le développement prend alors sens quand arrivent au bon moment les choses ou les événements que la maturité de l’enfant est alors prête à comprendre, à penser c’est-à-dire qu’il est prêt à intégrer activement dans la mesure du possible de ses capacités physiques et psychiques. Il s’agit avant tout de répondre adéquatement au bébé c’est-à-dire s’ajuster correctement à son enfant. Par exemple, quand il a faim, que les parents lui donne à manger avant qu’il soit soumis à un état de détresse débordante… 

A l’inverse, devant l’incompréhension des signaux du nourrisson, le parent peut lui présenter un jouet dont il ne veut pas, ou le retiendront alors qui veut se détacher, ou lui demander de s’asseoir alors qu’il n’a pas les ressources physiques pour le faire. 

Ces étapes nécessitent que le parent soit à la « bonne » écoute, à la « bonne » distance psychique, reconnaisse ses compétences afin de réagir au mieux auprès de son petit et alors tendre à une interaction harmonieuse lui fondant les bases d’un développement serein.

Or de par son vécu, le parent peut être parasité dans ses capacités parentales ne permettant plus d’offrir un cadre sécurisant et contenant à ce nouvel arrivant. Il nécessite alors un soutien psychologique afin de trouver ou retrouver un équilibre familial.