MARIE-AVRIL TOURÉ
Psychologue à Montpellier

Le site www.psychologue-psychotherapeute-montpellier.com est temporairement désactivé...

Si vous êtes le propriétaire de ce site, merci de contacter rapidement l'hébergeur.

  • Hébergeur : Simplébo
  • Site : www.simplebo.fr
  • Téléphone : 01 84 17 49 76

Psychologue à Montpellier

Psychothérapie

Maladie infantile

Articles 2016

Accompagnement dans la maladie : difficultés parentales dans le chemin de la maladie infantile

Faire un appel à un professionnel est extrêmement difficile notamment lorsqu'il s'agit de son enfant. Le parent peut le vivre comme une blessure narcissique et se sentir disqualifié dans sa fonction. Pourtant, la confrontation à la maladie est un événement pouvant ébranler la structure familiale, faisant jaillir des émotions intenses et mortifères déstabilisant notre vie et l'ensemble de notre fonctionnement. La désorganisation de la pensée parentale est souvent secondaire à la maladie infantile et une conséquence de l'énigme autistique.

Devant la maladie infantile et notamment le syndrome autistique, les parents peuvent se sentir déstabilisés, voir mis à mal dans leur rôle, blessant par conséquent leur narcissisme.

En effet, dans de telles situations, les affects sont à l'état bruts et archaïques. Lorsque l'enfant est en souffrance, l'interaction parent/enfant en est alors atteinte. Le parent a besoin de confirmation de satisfaction dans ses actes de la part de son petit. Si ce dernier quand il est porté, se rigidifie, ou ne s’épanouit pas dans les jeux mutuels, le parent peut être ébranlé par une sensation angoissante. Il se remet en question et se sent démuni face à ces réactions mortifères.

Dans ces conditions laborieuses, le père et la mère peuvent avoir du mal à se reconnaître dans leur enfant qu'ils perçoivent consciemment ou inconsciemment comme un étranger. Le lien trans-générationnel peut en être affecté du fait de cette difficulté de reconnaissance en l'autre.

D'autre part, le parent souhaite l'autonomie de son enfant. Face à la maladie, il peut ressentir un sentiment d'échec de ne pouvoir amener son petit à jouir du monde. Cette probable dépendance infantile le soumet à des interrogations oppressantes : Qui va s'occuper dans le futur de mon enfant?

Ces divers facteurs atteignent narcissiquement le parent qui peut avoir moins de plaisir à remplir sa fonction parentale. Toucher, caresser son enfant quand l'individu a l'impression de faire mal, d'être rejeté devient dès lors des actes difficiles. De ce fait la contenance physique et psychique de l'enfant peut s'en trouver réduite.

Le risque de cette interaction bouleversée par l'atteinte de la maladie est de tomber dans les travers de l'objectivation de l'enfant où sa subjectivité est réduite voir effacée par la maladie.

Le rôle du psychologue est de soutenir les parents dans leur relation interactive avec leurs enfants en les accompagnant dans leur restauration narcissique. C'est une danse, un dialogue tonique à restaurer entre l'enfant et le parent. Il s'agit de les aider à penser le non sens de la maladie, de détoxifier les angoisses liées à celle-ci. L'analyste va tenter de réhabiliter les parents dans leur fonction afin de rétablir la contenance et l'enveloppe apaisante nécessaire au bon développement de l'enfant. D'autre part, le psychologue va les étayer dans l’acceptation de la souffrance de la fratrie et se permettre de désinvestir l'enfant sans culpabilité oppressante pour réinvestir d'autres personnes, activités...

Derniers articles

Catégories